Archives mensuelles : juin 2015

Muscler la fabrique de l’action publique

Contributions_modifié-1

D’un côté, les producteurs de connaissances. De l’autre, les décideurs politiques. Pour construire leur pensée, les premiers prennent un temps dont les seconds ne disposent pas. Mais ne faut-il pas museler l’urgence de l’action pour donner une chance à la réforme ?

« Je me révolte, donc nous sommes ». Cette formule d’Albert Camus résonnait il y a peu dans les rues de Paris. Ces fameux mots qui donnent envie de s’engager, d’aller vers les autres, de poursuivre un idéal, collectivement. C’est aussi cela qui se jouait dans les manifestations du début d’année 2015. Comment faire, à sa modeste échelle, pour contribuer au bien commun, améliorer les choses, défendre des valeurs et des idées ? Les sciences humaines et sociales ont, dans cette affaire, leur partition à jouer.

Ces questions se déplacent aussi sur le terrain de l’action publique, celui de la production par l’État de politiques publiques censées répondre aux problèmes de la société, et de son amélioration. Ce que communément, nous appelons la réforme de l’État, sa modernisation.

L’action publique d’aujourd’hui ne doit plus se contenter de répondre par des dispositifs hors-sol, continuer à recycler les mêmes recettes et ne pas ouvrir les yeux sur le monde et les individus qui l’entourent, les usagers, mais aussi les publics réfractaires gagnés par l’invisibilité sociale. Loin de l’omniscience, parfois cloisonnée, l’action publique peine à sortir de ses modes de pensées et d’action, de ses référentiels administratifs et politiques ; elle doit s’ouvrir.

La production de connaissances est exigeante, elle demande du temps. La politique n’en dispose pas, elle se veut dans la réponse immédiate et l’action à court terme. Injonctions paradoxales. Il paraît pourtant nécessaire de réaccorder les temporalités, de lutter contre la dictature de l’urgence imposée par les médias. La course effrénée contre le temps privilégie un discours incantatoire sur l’action, mais ne permet pas d’avoir une visée prospective, une capacité de prévision sur les évolutions qui se dessinent. De quelles manières capter et anticiper les besoins sociaux ? Comment expérimenter et apporter des solutions ? En somme, par quels procédés articuler réflexion et action pour réformer ?

Capture d’écran 2015-06-18 à 08.52.49

Crédit : Bruno Mangyoku

Misère de la pensée

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Ecrits